Château Mouton Rothschild 1988

Château Mouton Rothschild 1988

Climatologie, conditions de récolte

L’hiver est très doux, sans gelée, mais très humide. Le premier trimestre présente un nombre de jours de pluie très supérieur à la moyenne. Les fortes précipitations se poursuivent au printemps, avec des températures supérieures à la moyenne. Ces conditions favorisent un bon débourrement du vignoble, le 4 avril pour le Merlot et le Cabernet Sauvignon, le 7 pour le Cabernet Franc. Mai et juin ont le même profil de douceur relativement humide. Il tombe autant de pluie durant les 6 premiers mois de 1988 que durant une année moyenne.

On note la mi-floraison entre le 26 et le 29 mai selon les cépages. Courte, homogène, elle n’entraîne que peu de coulure et de millerandage, malgré la météorologie. La chaleur de l’été, peu pluvieux, favorise avec un peu d’avance une bonne véraison, moins homogène que la floraison. La mi-véraison est notée le 12 août pour le Merlot, le 15 pour le Cabernet Sauvignon et le 16 pour le Cabernet Franc. L’excès d’eau du printemps suivi de la sécheresse de l’été perturbe le cycle végétatif de la vigne, qui souffre d’une alimentation en eau déséquilibrée. Cependant, grâce à quelques averses début septembre, suivies de fortes chaleurs, la maturation se poursuit normalement. Dans des conditions climatiques très favorables au développement des maladies, l’efficacité des traitements permet de contrôler l’état sanitaire jusqu’à la récolte, et d’amener au cuvier une vendange saine et abondante.

Fiche œnologique

VOIR LES ETIQUETTES
  • Vendanges
  • du 28 septembre au 14 octobre
  • Assemblage
  • Cabernet Sauvignon 75%
    Merlot 13%
    Cabernet Franc 10%
    Petit Verdot 2%
Notes de dégustation

Robe rouge sombre, aux reflets cuivrés.

Le nez toasté est accompagné de notes florales (lys), de caramel, de tabac blond, de réglisse et de vanille. Le côté minéral se révèle après aération.

La prise en bouche est ronde, généreuse, avec des tanins charnus. La fraîcheur et la puissance en font un millésime surprenant. Des notes de kirsch, de menthol et de café, donnent une finale agréable.

Illustration de l’étiquette

Keith Haring (1958-1990)

Climatologie

VOIR LES ETIQUETTES
error: Content is protected !!